Je ne suis pas une sirène

Performance

en milieu scolaire, médiathèques, centres sociaux, EHPAD, etc.

Proposition de 
Guillaume Barbot

CREATION 2021
Spectacle disponible en tournée 21-22

Annie Ernaux, Christiane Taubira, Nancy Huston, Constance Debré, Fatima Daas, Sophia De Seguin... Ce ne sont pas des autrices de textes dramatiques et leurs oeuvres n’ont pas été écrites pour être mises en scène. Pourtant, Guillaume Barbot et la compagnie Coup de Poker s’emparent d’extraits de leur littérature pour une mise en voix et en musique inédite. Avec la complicité de lycéens, les mots couchés sur le papier sont clamés haut et fort ; Lola Naymark incarne tour à tour chacune de ces femmes d’aujourd’hui qui ont choisi l’écriture comme moyen.

Ces paroles de femmes nous disent-elles la même chose lorsqu’elles sont sur le papier et lorsqu’elles retentissent dans la pièce ? Ces mots, faut-il les dire pour qu’ils soient entendus ? Par le théâtre, Guillaume Barbot rompt l’intimité de la lecture, celle que nous gardons pour nous, silencieusement, et révèle ainsi toute leur puissance. Lus successivement, poussés par la musique de Thibault Perriard et l’interprétation de Lola Naymark, ces textes prennent soudainement une résonance nouvelle. À travers un travail d’écoute et d’improvisation entre voix et batterie, la musicalité et la sensibilité de chaque texte se révèlent pour dépeindre avec émotion le tableau d’une société que nous ne connaissons que trop bien.

Au fond, Je ne suis pas une sirène est né de rencontres, celle de la littérature contemporaine et du théâtre, mais aussi celle de paroles de femmes et d’élèves de lycée qui vivent la même époque. La rencontre d’un texte, d’une idée, d’un portrait. La rencontre avec l’écriture. Car oui, l’écriture, les lycéens (ou collégiens, ou participants d’un centre social...) y sont confrontés. Lors d’un atelier préparatoire, ils jouent de la plume, révélant autant d’eux-mêmes et de leur vision du monde. Finalement, les textes des participants et ceux des autrices sont étalés au sol, tous ensemble sans distinction aucune, au même niveau. Et ce sont les spectateurs qui, tour à tour, vont choisir le texte qui sera lu par Lola Naymark. Qu’ils choisissent la page d’un livre déjà publié ou celle tout juste dactylographiée par un camarade, ce n’est qu’affaire de hasard. Quoi de plus beau qu’une rencontre fortuite ? 

Quarante-cinq minutes. C’est le temps de la représentation et par conséquent celui qui nous est accordé pour faire entendre et écouter toutes ces voix. Lorsque le temps sera écoulé, tout restera en suspens : les mots, la musique, les voix, les pages au sol. Pas de “noir”, pas de fin signifiée. Il n’y a pas de fin car on ne fait taire personne. Les paroles des autrices continueront de planer dans le silence. 

"On se réveille affamé de ne pas avoir été ce que l’on souhaite… Où ai-je lu cette phrase ?"

Gabriella Zalapi

Performance 

45 minutes

 

Précédée d’un atelier d’écriture et

de mise en musique

Suivie d’un débat rencontre 

Avec une actrice et un musicien

Jeu Lola Naymark 

Batterie Thibault Perriard  

Production Cie Coup de Poker

Coproduction Le Tangram, Scène Nationale d’Evreux